Augmentation des fesses, lipostructure des fesses

Le lipofilling fessier

Dans le domaine de la chirurgie esthétique, le lipofilling fessier (également appelé lipostructure) est une technique permettant de prélever de la graisse sur le corps d’un patient pour la lui réinjecter, après centrifugation, dans les fesses à remodeler.

Comment se passe l’intervention ?

La première étape est le prélèvement des cellules graisseuses par aspiration précise et délicate afin de ne pas endommager les cellules prélevées. Cette graisse est généralement soustraite sur les cuisses, sur les hanches ou encore autour du nombril. Les cellules vont être passées à la centrifugeuse (pendant 3 minutes à 3000 tours/min) afin de les trier et de ne garder que celles qui présentent une qualité suffisante. La graisse centrifugée va donc être réinjectée dans les fesses à l’aide de seringues ; certains docteurs utilisent également des aiguilles de mésothérapie. La quantité de graisse administrée va devoir être conséquente car une partie de celle-ci va disparaître lors des semaines qui vont suivre l’opération.

Quels sont les avantages de cette technique ?

Le lipofilling, qui est souvent utilisé pour la rectification des rides et autres creux du visage, va proposer une alternative de choix aux patients désireux d’augmenter le volume de leurs fesses. En effet, la pose de prothèse entraîne une suite postopératoire plutôt contraignante (antalgiques pendant 48h, longue durée d’hospitalisation, une vingtaine de jours avant de pouvoir reprendre les activités normales quotidiennes, …) ainsi qu’un risque de rejet. Avec le lipofilling, la matière utilisée provient du corps même du patient et reste donc tout à fait naturelle, ce qui évite la possibilité d’allergies ou de rejet. Les seuls risques qui y sont liés sont des retouches secondaires, des hématomes, une infection ou douleur locale.

Informations complémentaires

Le résultat de l’opération dans son aspect définitif ne sera visible qu’après deux semaines, lorsque les cellules graisseuses auront été intégrées dans les tissus auxquels ils ont été greffés.